www.agir-thrombose.fr
www.ambulatoire-sanofi.fr
www.ams.sanofi.fr
www.antibio-responsable.fr
www.aucoeurducholesterol.fr
www.contreladouleur.fr
www.diabplus-equilibre.fr
www.diabeteanalytics.fr
www.diabete-emotions.fr
www.gaucherfrance.fr
www.retrouverlemouvement.fr
www.sanofi-arthrose.fr
www.sanofi-diabete.fr
www.sep-ensemble.fr
www.thromboseval.fr
nosmedicaments.sanofi.fr
www.labsante.sanofi.fr
www.lesvictoiresduprive.fr
prevenirlesadherences.com
www.sanofi.fr
www.sanofigenzyme.fr

L’érysipèle

Taille des textes

Description :

L’érysipèle est une infection cutanée aiguë du derme et de l’hypoderme (dermo-hypodermite), non nécrosante d’origine bactérienne.1,2

Fréquence :

Elle concerne essentiellement l’adulte après 40 ans et son incidence est estimée de 10 à 100 cas pour 100 000 habitants par an.1,2

Germe(s) impliqué(s) :

Le germe principalement retrouvé est Streptococcus pyogenes. Exceptionnellement le Staphylococcus aureus peut être impliqué.1

Signes cliniques :

Le début est souvent brutal, il associe des signes locaux (placard inflammatoire érythémateux, douloureux et chaud) et généraux (fièvre élevée, frissons…).1,2

Localisation :

L’érysipèle est dans 90% des cas localisé sur les membres inférieurs : jambe rouge, grosse, aigüe, fébrile, unilatérale.3 Dans 5 à 10% des cas, on le retrouve sur la face, sous la forme de plaque inflammatoire, limitée en périphérie par un bourrelet, parfois bilatéral en aile de papillon.
Les autres localisations (membres supérieurs, abdomen, thorax, région fessière) sont plus rares.1

Prise en charge :

La prise en charge repose sur une antibiothérapie adaptée en fonction du germe responsable un traitement antibiotique. L’évolution est dans la majorité des cas rapidement favorable (huit à dix jours). L’identification d’une porte d’entrée devra être recherchée pour éviter les risques de récidives.1,2
Il a été démontré qu’une perturbation de la barrière cutanée et un lymphœdème étaient souvent associés à un risque accru d’érysipèle.3

  1. CMIT. Dermohypodermites aiguës bactériennes : de l’érysipèle à la fasciite nécrosante. In : E.PILLY : Vivactis Plus Ed ; 2014 : pp 243-245.
  2. Conférence de consensus. Érisypèle et fasciite nécrosante : prise en charge. Med Mal Inf 2000 ; 30 : 241-5.
  3. Dupuy A. et al. Risk factors for erysipelas of the leg (cellulitis): case-control study. BMJ 1999 ;318 : 1591-4