www.agir-thrombose.fr
www.ambulatoire-sanofi.fr
www.ams.sanofi.fr
www.antibio-responsable.fr
www.aucoeurducholesterol.fr
www.contreladouleur.fr
www.diabplus-equilibre.fr
www.diabeteanalytics.fr
www.diabete-emotions.fr
www.gaucherfrance.fr
prevenirlesadherences.com
www.retrouverlemouvement.fr
www.sanofi-arthrose.fr
www.sanofi-diabete.fr
www.sep-ensemble.fr
www.thromboseval.fr
nosmedicaments.sanofi.fr
www.labsante.sanofi.fr
www.lesvictoiresduprive.fr
www.sanofi.fr
www.sanofigenzyme.fr
Taille des textes

Qu’apporte la procalcitonine pour le diagnostic d’infection en cas de neutropénie fébrile ?

Chez les patients neutropéniques, la fièvre n’est pas toujours synonyme d’infection et, a contrario, le diagnostic d’infection est souvent difficile car les critères habituels peuvent manquer. Une équipe de Taiwan s’est intéressée à un marqueur diagnostique éventuel, la procalcitonine (PCT) qui est produite par les cellules parenchymateuses sous l’influence des endotoxines.

Après revue de la littérature et une méta-analyse de 27 études mentionnant des mesures de C-reactive protéine (CRP), d’interleukine 6 (IL6) et de PCT, les auteurs ont pu montrer que des taux élevés de ces trois marqueurs étaient associés à l’infection bactérienne. Cependant, le rapport de vraisemblance positif (rapport entre la probabilité d’avoir un test positif chez un patient infecté et celle d’avoir un test positif alors qu’il n’y a pas d’infection) était nettement supérieur avec la PCT, de 5,49, contre 1,82 pour la CRP et 3,68 pour l’IL6. Autrement dit, un taux augmenté de procalcitonine permet d’affirmer la présence d’une infection. Quant au rapport de vraisemblance négatif (rapport entre la probabilité d’avoir un test négatif et d’être infecté et celle d’avoir un test négatif et de ne pas avoir d’infection), il n’était pas discriminant pour aucun des marqueurs (respectivement 0,40, 0,40 et 0,33), ce qui signifie que l’absence d’augmentation de la PCT ne permet pas, en revanche, d’éliminer une infection bactérienne. Il reste encore à déterminer si le taux de PCT pourrait aider à arrêter le traitement antibiotique une fois l’infection contrôlée et peut-être améliorer encore le diagnostic en ajoutant d’autres marqueurs ou un score clinique.

Quoi qu’il en soit, il s’agit de la première étude à large échelle validant l’emploi de la procalcitonine pour le diagnostic d’infection bactérienne chez les malades ayant une neutropénie fébrile, ce qui représente une avancée notable compte tenu du risque de mortalité important en cas de retard de mise sous traitement.


Dr Patricia Thelliez

Wu CW et coll. : Does procalcitonin, C-reactive protein, or interleukin-6 test have a role in the diagnosis of severe infection in patients with febrile neutropenia? A systematic review and meta-analysis. Support Care Cancer. 2015 (doi: 10.1007/s00520-015-2650-8).

© jim.fr