Taille des textes

Le portage gastro-intestinal, réservoir majeur des infections à K. pneumoniae en USI

CONTEXTE :

Klebsiella pneumoniae est un germe pathogène opportuniste très souvent impliqué dans les infections nosocomiales. Les patients dans les unités de soins intensifs (USI) sont particulièrement exposés à de tels risques. Néanmoins, K pneumoniae fait partie du microbiome physiologique chez le sujet sain, constituant un réservoir potentiel pour les infections. La fréquence de la colonisation intestinale et sa contribution à ces infections ne sont pas pour autant bien connues.

METHODES :

L’étude de cohorte prospective menée par C L Gorrie et coll, pendant une durée d’un an, s’est attachée à préciser ce point. Elle a porté sur 498 patients hospitalisés en USI, chez lesquels la présence de K. pneumoniae a été systématiquement recherchée dans le rectum et la gorge, peu après l’admission. Le germe a été isolé à partir des prélèvements de dépistage et caractérisé par un séquençage de son génome. Ces informations ont été combinées aux données épidémiologiques pour déterminer les possibilités de transmission.

RESULTATS :

Au total, la fréquence du portage de K pneumoniae a été estimée à 6 % (intervalle de confiance à 95 % [IC] : 3 %-8 %) chez les patients USI provenant directement de la communauté. Elle a atteint 19 % (IC : 14 %-51 %) en cas d’exposition récente à des soins. La colonisation intestinale lors de l’admission a été significativement associée à la survenue ultérieure d’infections, soit 16 % versus 3 %, ce qui correspond à un odds ratio (OR) de 6,9 (p<0,001). Les données génomiques ont mis en évidence une concordance entre les germes portés et ceux mis en évidence dans les infections avérées, cela dans 80 % des cas. Cinq voies de transmission vraisemblable ont été identifiées et mises en causes dans 12 % des infections à K. pneumoniae survenues au sein de l’USI. En résumé, 49 % de ces dernières ont été provoquées par les propres germes du patient. Par ailleurs, une colonisation intestinale préalable a été constatée dans 48 % des infections confirmées sur le plan microbiologique.

CONCLUSIONS :

Ces données confirment que la colonisation par K. pneumoniae est un facteur de risque significatif dans la survenue des infections par ce germe en USI. Ainsi, dans près de 50 % des cas, les infections à K. pneumoniae proviendraient du propre microbiome des patients. La recherche d’une colonisation par des mesures de dépistage lors de l’admission pourrait limiter le risque d’infection chez le patient concerné, et aussi chez les autres patients de l’USI.


Dr Philippe Tellier

Gorrie CL et coll. Gastrointestinal carriage is a major reservoir of Klebsiella pneumoniae infection in intensive care patients. Clin Infect Dis 2017 ; 65 : 208-215.

7000019176-05/2018

© jim.fr


Pour rester informé(e) de l’actualité en antibiothérapie, inscrivez vous et RDV dans la rubrique Expertise !