www.agir-thrombose.fr
www.ambulatoire-sanofi.fr
www.ams.sanofi.fr
www.antibio-responsable.fr
www.aucoeurducholesterol.fr
www.contreladouleur.fr
www.diabplus-equilibre.fr
www.diabeteanalytics.fr
www.diabete-emotions.fr
www.gaucherfrance.fr
prevenirlesadherences.com
www.retrouverlemouvement.fr
www.sanofi-arthrose.fr
www.sanofi-diabete.fr
www.sep-ensemble.fr
www.thromboseval.fr
nosmedicaments.sanofi.fr
www.labsante.sanofi.fr
www.lesvictoiresduprive.fr
www.sanofi.fr
www.sanofigenzyme.fr
Taille des textes

Le portage d’entérobactéries résistantes augmente chez les sujets âgés

Une étude suédoise a eu pour objectif de comparer la prévalence du portage fécal d’entérobactéries produisant une bêta-lactamase à large spectre (ESBL) chez des sujets âgés vivant en institution à celle de sujets âgés vivant à leur domicile.
Au total, 160 personnes ont été incluses parmi lesquelles 91 vivaient en maison de retraite (10 établissements) et 69 chez elles. Leur âge moyen était, respectivement, de 89 et 78 ans. Un prélèvement de selles a été réalisé chez tous les sujets qui ont aussi répondu à un questionnaire standardisé reprenant les différents facteurs de risque de portage de bactéries ESBL.

Aucune différence significative n’a été constatée, 10 des 91 résidents (11 %) et 6 des 69 personnes âgées vivant à leur domicile (8,7 %) étant porteurs d’entérobactéries ESBL (en l’occurrence des E. coli), soit une prévalence globale de 10 %. De plus, 9 des isolats étaient résistants à au moins 2 classes d’antibiotiques en plus des bêta-lactamines.

Ces résultats impliquent plusieurs remarques.

En premier lieu, le taux de porteurs de germes ESBL rapporté ici est, pour la Suède, élevé par rapport aux données précédentes, notamment celles d’une étude menée chez des patients suédois âgés en institution, qui avaient montré une prévalence de 3 % (1). Ces nouvelles données sont à mettre en parallèle avec le constat d’une augmentation très importante du nombre de cas rapportés en Suède depuis 2007, et avec celui d’une baisse de l’âge médian des femmes infectées qui est passé de 62 ans à 52 ans entre 2007 et 2011.

Adapter le traitement de première intention à l'écologie bactérienne

Néanmoins, plusieurs biais, mais qui vont tous dans le sens d’une minimisation des résultats, sont à souligner. D’une part, le fait qu’un seul prélèvement de selles a été fait ; d’autre part, le fait que plusieurs établissements ont refusé de participer à l’étude faute de disposer de suffisamment de personnel, et par conséquent plus à risque de ne pas observer les règles d’hygiène requises. Enfin, les patients déments ou immobilisés pour une pathologie grave ont été exclus de l’étude.

La prévalence des entérobactéries ESBL a donc augmenté dans les maisons de retraite, mais autant que dans la population âgée en général. Néanmoins, les facteurs de risque pourraient être différents dans les deux groupes. Ainsi, en analyse univariée, le seul facteur de risque significativement associé au portage d’entérobactérie ESBL était un voyage récent, notamment à l’étranger (p=0,017). Beaucoup d’aspects restent bien sûr à creuser, mais, quoi qu’il en soit, le risque de traiter initialement de façon inadaptée les infections à ce type de germes est préoccupant , puisque source d’infections plus graves et d’augmentation de la mortalité


Dr Patricia Thelliez

Blom A et coll. : The prevalence of ESBL-producing Enterobacteriaceae in a nursing home setting compared with elderly living at home: a cross-sectional comparison. BMC Infect Dis., 2016 ;16 :111. doi: 10.1186/s12879-016-1430-5.
1) Andersson H et coll. Scand J Infect Dis, 2012 ; 44 :641-649.

© jim.fr