www.agir-thrombose.fr
www.ambulatoire-sanofi.fr
www.ams.sanofi.fr
www.antibio-responsable.fr
www.aucoeurducholesterol.fr
www.contreladouleur.fr
www.diabplus-equilibre.fr
www.diabeteanalytics.fr
www.diabete-emotions.fr
www.gaucherfrance.fr
prevenirlesadherences.com
www.retrouverlemouvement.fr
www.sanofi-arthrose.fr
www.sanofi-diabete.fr
www.sep-ensemble.fr
www.thromboseval.fr
nosmedicaments.sanofi.fr
www.labsante.sanofi.fr
www.lesvictoiresduprive.fr
www.sanofi.fr
www.sanofigenzyme.fr
Taille des textes

Pneumonie et dysfonctions d’organes

La pneumonie aigue communautaire (PAC) est une infection grave qui peut évoluer rapidement vers des dysfonctions d’organes qui sont la voie vers une défaillance multiviscérale, en fonction du malade, de ses comorbidités, du pathogène en cause. L’objectif de R. Menéndez et coll. a été d'évaluer les facteurs de risque de dysfonctionnements d'organes – principalement de plus de deux organes – au moment du diagnostic dans un service d'urgence, en fonction des paramètres de l'hôtes (âge et comorbidités) et les micro-organismes causaux. Un autre objectif était d'en évaluer l'impact sur la mortalité à 30 jours.

Cette étude était une analyse secondaire d'une étude prospective antérieure conduite dans 13 hôpitaux espagnols. Sur un effectif global de 4 070 patients atteints d’une PAC, 460 patients (soit 11,3 %de l'effectif) présentaient une dysfonction d’au moins deux organes et, dans ce cas, la mortalité à 30 jours était de 12,4 % vs 3,4 % en l’absence de complications. Dans ce sous-groupe à risque, les micro-organismes les plus souvent en cause ont été Streptococcus pneumoniae et les germes Gram négatif, les infections par des agents microbiens multiples n’étant pas non plus exceptionnelles.

En analyse multivariée, les facteurs prédictifs de dysfonctionnements d'au moins 2 organes étaient :

  • les maladies hépatiques (odds ratio [OR]=2,97)
  • les néphropathies (OR=3,91) ;
  • les troubles neurologiques (OR=1,86) ;
  • les bronchopneumopathies chroniques obstructives (OR= 1,30).

Les facteurs de risque liés à l'agent pathogène causals : les épisodes de bactériémies (OR 1,68) et S. aureus résistant à la méticilline (SARM) (OR : 6,41) ont été considérés comme des facteurs de risque indépendants de défaillance d'organes alors que les germes atypiques étaient un facteur protecteur. Deux paramètres indépendants liés au micro-organisme ou à l’infection étaient associés à un risque particulièrement élevé de dysfonction d’au moins deux organes :

  • d’une part, la présence d’un staphylocoque doré résistant à la méticilline (OR=6,41),
  • d’autre part, les épisodes de bactériémie (OR=1,68).

Le risque de mortalité à 30 jours, évalué par rapport à l’absence d’atteinte organique, était en lien avec le nombre de dysfonctions : trois : OR=11,73 ; deux : OR=4,29 et un : OR=2,42.

Les infections à entérobactéries ont été associées à une surmortalité, indépendamment des autres facteurs, avec un OR de 3,73.

Les auteurs concluent que le nombre de dysfonctions d’organes a constitué le facteur pronostique le plus déterminant à 30 jours, les entérobactéries étant également de mauvais pronostic. Ainsi l’évaluation des dysfonctions d’organes devrait ainsi faire partie du bilan initial des PAC, car ce facteur mérite d’être pris en compte dans la prise en charge de la maladie, l’estimation du risque vital et les décisions thérapeutiques qui en découlent.


Dr Philippe Tellier

Menéndez R et coll. Pneumonia presenting with organ dysfunctions : Causative microorganisms, host factors and outcome. J Infect 2016. http://dx.doi.org/10.1016/j.jinf.2016.08.001. Publication avancée en ligne.

© jim.fr