www.agir-thrombose.fr
www.ambulatoire-sanofi.fr
www.ams.sanofi.fr
www.antibio-responsable.fr
www.aucoeurducholesterol.fr
www.contreladouleur.fr
www.diabplus-equilibre.fr
www.diabeteanalytics.fr
www.diabete-emotions.fr
www.gaucherfrance.fr
prevenirlesadherences.com
www.retrouverlemouvement.fr
www.sanofi-arthrose.fr
www.sanofi-diabete.fr
www.sep-ensemble.fr
www.thromboseval.fr
nosmedicaments.sanofi.fr
www.labsante.sanofi.fr
www.lesvictoiresduprive.fr
www.sanofi.fr
www.sanofigenzyme.fr
Taille des textes

Infections bactériennes et virales… et oméga-3

Les acides gras polyinsaturés à longue chaîne =n-3, dits encore oméga-3, sont largement utilisés dans le traitement des maladies inflammatoires chroniques. Leurs effets dans les maladies infectieuses n’en méritent pas moins une attention particulière.

OBJECTIF

L’objectif de cet article était faire le point sur leurs propriétés anti-inflammatoires et immunitaires des omégas-3, impliquées dans les réactions de défense de l’hôte ainsi qu’une revue systématique de la littérature sur les effets de leur administration orale dans la prévention et l’évolution des infections expérimentales et cliniques.

RESULTATS

A une dose équivalant à 500 mg/jour chez l’homme, les acides gras polyinsaturés dits oméga-3 se révèlent bénéfiques dans le contrôle des infections expérimentales provoquées par les agents pathogènes extracellulaires, incluant notamment Streptococcus pneumoniae, Pseudomonas aeruginosa, Escherichia coli et Staphylococcus aureus. Leur efficacité se traduit par une réduction de l’inflammation, ainsi que la fréquence des infections à pneumocoques chez le sujet âgé.

Cependant à des doses 2 à 4 fois plus élevées que celles utilisées dans certaines interventions thérapeutiques effectuées chez l’homme et/ou à long, leur administration peut devenir néfaste dans les infections intestinales provoquées par Citrobacter rodentium ou Helicobacter hepaticus par l’exacerbation de la réponse anti-inflammatoire. Par ailleurs, ils ont le même effet délétère en affectant l’immunité cellulaire, face à des infections provoquées par certains agents pathogènes intracellulaires, qu’il s’agisse de Mycobacterium tuberculosis, de Salmonella, du virus de la grippe ou encore de l’Herpes virus simplex.

CONCLUSION

Les effets des acides gras polyinsaturés à longue chaîne, dits oméga-3, sur les infections dépendent de l’agent pathogène, de la dose utilisée et de la durée du traitement. A cet égard, dans l’espèce humaine, la prudence doit être de mise quand la supplémentation consiste à administrer des doses élevées au long cours.


Dr Philippe Tellier

Husson MO et coll. Modulation of host defence against bacterial and viral infections by omega-3 polyunsaturated fatty acids. J Infect 2016 (13 octobre) : pii: S0163-4453(16)30252-3. doi: 10.1016/j.jinf.2016.10.001. Publication avancée en ligne.

© jim.fr