www.agir-thrombose.fr
www.ambulatoire-sanofi.fr
www.ams.sanofi.fr
www.antibio-responsable.fr
www.aucoeurducholesterol.fr
www.contreladouleur.fr
www.diabplus-equilibre.fr
www.diabeteanalytics.fr
www.diabete-emotions.fr
www.gaucherfrance.fr
prevenirlesadherences.com
www.retrouverlemouvement.fr
www.sanofi-arthrose.fr
www.sanofi-diabete.fr
www.sep-ensemble.fr
www.thromboseval.fr
nosmedicaments.sanofi.fr
www.labsante.sanofi.fr
www.lesvictoiresduprive.fr
www.sanofi.fr
www.sanofigenzyme.fr
Taille des textes

Infections du pied chez le diabétique : un traitement parentéral à domicile ?

Une équipe hospitalière de Sydney (Australie) a identifié, sur une période 5 ans, 59 patients diabétiques ayant bénéficié d’un traitement antibiotique parentéral ambulatoire pour une infection du pied, intéressant les parties molles et éventuellement l’os. L’objectif était de trouver des facteurs d’échec et d’évaluer le coût de ces interventions. Le traitement était, pour chaque malade, déterminé par un infectiologue, qu’il s’agisse du type d’antibiotiques ou de la durée de la prescription, et administré via un cathéter central inséré par voie périphérique. Vingt-cinq patients (43 %) avaient une ostéomyélite avec ou sans cellulite et les autres (34 cas, 57 %) avaient une cellulite plus ou moins une ulcération ; le traitement intraveineux a duré en moyenne 4 semaines, relayé, dans certains cas, par une antibiothérapie orale.

Ce qui ressort c’est, tout d’abord, un taux de succès initial important, évalué à 88 %. Ainsi, cette prise en charge n’a échoué que chez 7 patients, qui ont dû être traités chirurgicalement. Cependant, les taux de réinfection et de « ré-ulcération » étaient élevés (respectivement de 46% et 44 %) : 11 malades ont nécessité une amputation pour un nouvel épisode infectieux dans l’année qui a suivi le traitement intraveineux et 5 autres au cours des années suivantes (27 % au total). Aucun facteur de risque d’échec n’a malheureusement pu être identifié (peut-être en raison de la petite taille de l’étude). D’un point de vue économique, les conclusions sont plus claires puisque cette stratégie a permis d’éviter 1 569 jours d’hospitalisation, soit une économie globale de 983 645 $ ou de 16 672 $ par patient.

La conclusion de cette étude, menée certes sur un petit nombre de malades, est que le traitement intraveineux ambulatoire des infections du pied chez le diabétique est initialement très efficace, mais que la grande fréquence des récidives nécessite un suivi ultérieur, surtout au cours des 12 premiers mois, et une prise en charge par des unités multidisciplinaires spécifiquement impliquées dans le traitement de ces pathologies.


Dr Patricia Thelliez

Malone M et coll. Outcomes and cost minimisation associated with outpatient parenteral antimicrobial therapy (OPAT) for foot infections in people with diabetes. Diabetes Metab Res Rev, 2015, (doi: 10.1002/dmrr.2651)

© jim.fr