www.agir-thrombose.fr
www.ambulatoire-sanofi.fr
www.ams.sanofi.fr
www.antibio-responsable.fr
www.aucoeurducholesterol.fr
www.contreladouleur.fr
www.diabplus-equilibre.fr
www.diabeteanalytics.fr
www.diabete-emotions.fr
www.gaucherfrance.fr
prevenirlesadherences.com
www.retrouverlemouvement.fr
www.sanofi-arthrose.fr
www.sanofi-diabete.fr
www.sep-ensemble.fr
www.thromboseval.fr
nosmedicaments.sanofi.fr
www.labsante.sanofi.fr
www.lesvictoiresduprive.fr
www.sanofi.fr
www.sanofigenzyme.fr
Taille des textes

Hospitalisation pour pneumonie : drainer les poumons ou se muscler ?

La pneumonie communautaire est très souvent associée à une diminution des capacités fonctionnelles et à une réduction de la force musculaire périphérique – avec un délai de récupération complète plus ou moins long.

Devant l’intérêt d’un abord rééducatif des déficits musculaires et fonctionnels, l’équipe d’A. José, au Brésil, a mis en place un essai Cette étude était destinée à montrer chez des patients hospitalisées pour une pneumonie aigue communautaire, qu'un programme de réadaptation basé sur des exercices apporte une amélioration de la capacité fonctionnelle, des symptômes, de la qualité de vie et de la durée de séjour par rapport à un traitement basé sur de la kinésithérapie respiratoire classique?

Il s'agit d'un essai contrôlé randomisé mené chez 49 patients hospitalisés pour une pneumonie communautaire : 

  • Le groupe control a bénéficié d'une kinésithérapie respiratoire standard avec désencombrement, travail ventilatoire et marche à vitesse spontanée,
  • le groupe expérimental a eu une prise en charge avec échauffement, étirements, renforcement musculaire et travail de la marche à vitesse contrôlée - adapté à la dyspnée et la fatigue de chacun.
  • Les deux groupes ont bénéficié du même temps de rééducation quotidien pendant 8 jours. 

Le principal critère d’évaluation, à savoir la capacité fonctionnelle - mesurée avec le Glittre activity of daily living test-, s’est amélioré dans les deux groupes, mais avec une différence significative en faveur du groupe expérimental (différence moyenne intergroupes [MD] : 39 secondes, IC95 % : 20-59) ;

De même pour la distance parcourue (MD : 130 m, IC95 % : 77-182), pour la qualité de vie (SF36)(IC95 % : 1 à 28), et pour la réduction de la dyspnée (MD : 0,9 points, IC95 % : 0,4 à 1,4). La force musculaire a diminué dans le groupe contrôle au contraire de celle du groupe expérimental qui s’est améliorée. Le type de traitement n'a pas influencé de façon significative la fonction pulmonaire, le taux de protéine C réactive ni la durée du séjour à l'hôpital.

En somme, d’après cette étude, un programme de réadaptation global semble avoir de plus grands bénéfices sur les capacités fonctionnelles, la force musculaire périphérique, la dyspnée et de la qualité de vie, qu’une prise charge comprenant techniques respiratoires et marche à vitesse spontanée chez des personnes hospitalisées pour pneumonie.

Cependant, il faut lire ces résultats en notant que ces patients étaient tous exempts de pathologie respiratoire associée et avaient une déambulation autonome, donc étaient tous dans un état initial fonctionnel élevé. Reste à voir ce que donnerait un traitement avec kinésithérapie respiratoire et réadaptation versus une prise en charge uniquement respiratoire, ou pour un groupe de patients sélectionnés ayant un état respiratoire et fonctionnel plus précaire.


Anne-Céline Rigaud

Anderson Jose et coll. : Inpatient rehabilitation improves functional capacity, peripheral muscle strength and quality of life in patients with community-acquired pneumonia: a randomised trial. J Physiother., 2016 ; 62: 96-102.

© jim.fr