www.agir-thrombose.fr
www.ambulatoire-sanofi.fr
www.ams.sanofi.fr
www.antibio-responsable.fr
www.aucoeurducholesterol.fr
www.contreladouleur.fr
www.diabplus-equilibre.fr
www.diabeteanalytics.fr
www.diabete-emotions.fr
www.gaucherfrance.fr
www.retrouverlemouvement.fr
www.sanofi-arthrose.fr
www.sanofi-diabete.fr
www.sep-ensemble.fr
www.thromboseval.fr
nosmedicaments.sanofi.fr
www.labsante.sanofi.fr
www.lesvictoiresduprive.fr
prevenirlesadherences.com
www.sanofi.fr
www.sanofigenzyme.fr
Taille des textes

Endocardite infectieuse : intérêt de l’étude histopathologique des valves

Contexte :

L’endocardite infectieuse (EI) est une pathologie grave. L’identification du germe pathogène en cause est fondamentale dans le choix d’un traitement efficace qui vise à réduire la mortalité et la morbidité de cette affection. Les hémocultures, les cultures des valves et la détermination de leurs caractéristiques histopathologiques sont couramment utilisées à cette fin. C’est l’histopathologie des valves qui est au demeurant le gold standard sur le plan diagnostique.

Objectifs :

L’étude de TJ Brandão et coll. a eu pour objectif d’évaluer la sensibilité et la spécificité, par rapport aux données histopathologiques : (1) des critères cliniques (critères de Duke modifiés et modifications mineures des critères de St Thomas, STH) ; (2) des hémocultures et des cultures de valves.

La durée de l’antibiothérapie a par ailleurs été prise en compte pour interpréter les résultats et en tirer des conclusions.

Méthodes :

Entre 2006 et 2014, a été constituée de manière prospective une série de cas d’EI traités chirurgicalement.

Résultats :

Au total, ont été dénombrés 136 épisodes d’EI cliniquement patents chez 133 patients.

L’âge moyen des participants a été estimé à 43 ± 15,6 ans. Dans 81,6 % des cas, c’est le coeur gauche qui était touché. Les données histopathologiques qui ont pu être obtenues pour 96 valves examinées. Par rapport à ce dernier, la sensibilité des hémocultures a été de 61 % (intervalle de confiance à 95 % [IC]=0,51-0,71) versus 15 % (IC=0,07-0,26) pour les cultures de valves. La sensibilité des critères de Duke modifiés a été estimée à 65 % (IC=0,55-0,75) versus 33 % pour la spécificité. La sensibilité des critères de STH a été de 72 % (IC=0,61-0,80) et la spécificité s’est révélée similaire. Une analyse multivariée et une régression logistique ont montré que la seule variable statistiquement significative associée aux résultats était en fait la durée de l’antibiothérapie post-opératoire.

Conclusions :

Pour le diagnostic de l’EI, l’histopathologie des valves se distingue par sa haute sensibilité, celle des hémocultures étant relativement faible. Les critères de STH sont plus sensibles que les critères modifiés de Duke. L’étude histopathologique des valves doit permettre de fixer la durée de l’antibiothérapie post-opératoire.


Dr Philippe Tellier

Brandão TJ et coll. Histopathology of valves in infective endocarditis, diagnostic criteria and treatment considerations. Infection 2016 (22 octobre). Publication avancée en ligne.

© jim.fr