www.agir-thrombose.fr
www.ambulatoire-sanofi.fr
www.ams.sanofi.fr
www.antibio-responsable.fr
www.aucoeurducholesterol.fr
www.contreladouleur.fr
www.diabplus-equilibre.fr
www.diabeteanalytics.fr
www.diabete-emotions.fr
www.gaucherfrance.fr
prevenirlesadherences.com
www.retrouverlemouvement.fr
www.sanofi-arthrose.fr
www.sanofi-diabete.fr
www.sep-ensemble.fr
www.thromboseval.fr
nosmedicaments.sanofi.fr
www.labsante.sanofi.fr
www.lesvictoiresduprive.fr
www.sanofi.fr
www.sanofigenzyme.fr
Taille des textes

La CRP pour prédire l’évolution d’une méningite bactérienne

Il est bien établi qu’un taux élevé de la C-reactive protein (CRP) aide à distinguer les méningites bactériennes et virales. En revanche, la place de ce paramètre pour prédire l’évolution est moins bien connue. Or la simplicité du dosage et le coût faible permettent son utilisation dans les pays aux ressources limitées.

Une équipe finlandaise, jointe aux équipes locales, a étudié l'intérêt de mesures de la CRP à différents stade de la méningite bactérienne aigue de l'enfant pour prédire l'évolution de celle-ci. Le premier groupe a inclus 654 enfants de 2 mois à 16 ans, entre 1996 et 2003, le second 723 patients de 2 mois à 13 ans. Les dosages de CRP ont été pratiqués entre le 1er et le 4ème jour de la maladie. A la sortie puis après, les séquelles ont été enregistrées : 1e neurologiques, a) sévères si cécité, retard psychomoteur grave, hydrocéphalie, b) toute séquelle neurologique incluant retard modéré, hémiparésie, ataxie ; 2e surdité par potentiels évoqués du tronc cérébral (sévère si ≤ 80 dB). Les CRP ont été dosées par immuno-turbidimétrie. Les mesures à J1-J2 et J3-J4 ont été analysées séparément.

Risque de séquelles neurologiques augmenté en cas de CRP élevée à J3-J4

A J1-J2, les mesures de CRP pour 285 patients en LatAM et 384 à Luanda fournissaient une valeur médiane de 159 (interquartile 107) mg/L et 161 (IQR 62) mg/L, sans relation avec l’âge et le sexe. Les méningocoques ont déterminé les valeurs les plus élevées et les plus basses (189, IQR 159 mg/L). Les taux les plus élevés étaient corrélés avec les glycorachies les plus basses et à Luanda aux scores de Glasgow les plus bas pendant l’évolution.

A J3-J4, les CRP (275 déterminations) n’étaient pas corrélées à l’étiologie mais les taux les plus élevés étaient significativement associés aux convulsions : Odds Ratio [OR] pour les valeurs supérieures à la médiane (62 mg/L) : LatAM : 2,44 (intervalle de confiance à 95 % [IC] 1,29-4,61, P = 0,006), Luanda 6,34 (IC 1,81-22,2, P = 0,004) et aux scores de Glasgow < 5 : LatAM 3,09 (IC 1,55-6,15, P = 0,001), Luanda 5,5 (IC 1,48-20,5, P = 0,01). Si les patients avaient à la fois une CRP > 62 mg et un score de Glasgow < 13, les risques de séquelles neurologiques sévères (OR 25,4), de toute séquelle neurologique (OR 7,9) et de surdité (OR 5,3) étaient augmentés. Les enfants dont la CRP était inférieure 62 mg à J3-J4 avaient un très faible risque de décès, de séquelles neurologiques sévères et de surdité. Ainsi, les dosages de CRP ont une valeur prédictive importante pour les évolutions défavorables, particulièrement intéressante dans les pays aux ressources limitées.


Pr Jean-Jacques Baudon

Peltola H et coll. : Predicting outcome of childhood bacterial meningitis with a single measurement of C-reactive protein. Pediatr Infect Dis J., 2016; 35: 617-621.

© jim.fr