www.agir-thrombose.fr
www.ambulatoire-sanofi.fr
www.ams.sanofi.fr
www.antibio-responsable.fr
www.aucoeurducholesterol.fr
www.contreladouleur.fr
www.diabplus-equilibre.fr
www.diabeteanalytics.fr
www.diabete-emotions.fr
www.gaucherfrance.fr
prevenirlesadherences.com
www.retrouverlemouvement.fr
www.sanofi-arthrose.fr
www.sanofi-diabete.fr
www.sep-ensemble.fr
www.thromboseval.fr
nosmedicaments.sanofi.fr
www.labsante.sanofi.fr
www.lesvictoiresduprive.fr
www.sanofi.fr
www.sanofigenzyme.fr
Taille des textes

Etude SCOUT : Diminuer l’antibiothérapie inutile en unité néonatale de soins intensifs

CONTEXTE

Les antibiotiques sont très utilisés dans les unités néonatales de soins intensifs (USINN). L’objectif de F. Sahli et coll. a été de s’informer sur les stratégies raisonnées en matière d’antibiothérapie au sein d’une USINN de niveau 3. Pour ce faire, tous les traitements en question ont été surveillés et évalués sur une période de 14 mois. Les scénarios dans lesquels le recours aux antibiotiques pouvait être diminué ont été identifiés et sélectionnées pour la mise en place de mesures d'accompagnement spécifiques ciblées, tout en prenant en compte leur impact en termes de sécurité pour les jeunes patients.

METHODES

L’étude SCOUT est une étude observationnelle réalisée dans une USINN de niveau 3, située au Parkland Hospital de Dallas (Texas, Etats-Unis). Toutes les prescriptions d’antibiotiques effectuées chez des nouveau-nés admis dans cette unité entre le 1er mars 2012 et le 30 novembre 2012 (9 mois) ont été surveillées et analysées. Après la période de référence (basale) (du 3 octobre 2011 au 30 novembre 2012), les poursuites d’une antibiothérapie empirique au-delà de 48 heures pour un sepsis définitivement exclu, le traitement d’une pneumonie ou encore d’une «septicémie» avec hémocultures négatives ont été sélectionnés en tant que cibles pour des interventions raisonnées visant à réduire le recours aux antibiotiques.

Au cours de la période de l'étude (du 1er octobre 2013 au 30 juin 2014), l’antibiothérapie empirique a été programmée, dans les dossiers médicaux électroniques, pour être interrompue au bout de 48 heures. La durée du traitement d’une pneumonie ou d’un sepsis à hémocultures négatives a été limitée à 5 jours. L’utilisation des antibiotiques, définie par le nombre de jours de traitement pour 1 000 patients-jours, au cours de la phase d’intervention a été comparée à celle de la période basale. L’objectif principal était d’aboutir à une réduction du nombre total de jours d’antibiothérapie pour 1 000 patients-jours.

Les critères de sécurité mesurés étaient les cas où les nourrissons ont reçu 5 jours ou plus de traitement et ont ensuite reçu un traitement antibiotique réintroduit dans les 14 jours pour toute indication ; Un critère combiné "septicémie tardive, entérocolite nécrosante (stade de Bell modifié ≥ 2) ou décès chez des nourrissons de 32 semaines de gestation ou plus jeunes ; la prévalence de colonisation d'un organisme multirésistant et la durée de l'hospitalisation.

Les résultats de ces stratégies en matière de sécurité ont été mesurés au travers des situations suivantes :

  1. nouveau-nés recevant un traitement d’une durée d’au moins 5 jours et reprise ultérieure de l’antibiothérapie dans les 14 jours qui ont suivi, quelle que soit l’indication ;
  2. Critère composite combinant : sepsis tardif, entérocolite nécrosante (stade 2 de Bell modifié ≥2) ou décès survenu chez des prématurés (32e semaine ou moins) ;
  3. prévalence des colonisations à germes multirésistants ;
  4. durée de l’hospitalisation.
RESULTATS

Au cours des deux périodes d’observation, 2 502 nouveau-nés ont été admis dans l’USINN (1 607 au cours de la période de référence et 895 pendant la période d’intervention).
Le recours aux antibiotiques (en jours de traitement pour 1 000 patients-jours) a significativement diminué, passant de 343,2 au cours de la situation de base à 252,2 pendant la période d’intervention (p<0,0001), ce qui représente une diminution globale de 27 %. Les résultats en termes de sécurité n’ont pas varié entre ces deux périodes.

INTERPRETATION

Une évaluation approfondie des prescriptions d’antibiotiques au sein d’une USINN permet de définir des cibles propres à chaque centre qui sont autant de moyens pour réduire les indications et la durée de ces traitements. Les stratégies raisonnées qui en découlent se révèlent très rentables et peuvent être élaborées et mises en place de manière collaborative.


Dr Philippe Tellier

Cantey JB et coll. Reducing unnecessary antibiotic use in the neonatal intensive care unit (SCOUT) : a prospective interrupted time-series study. Lancet Infect Dis 2016 (21 juillet). publication avancée en ligne.