www.agir-thrombose.fr
www.ambulatoire-sanofi.fr
www.ams.sanofi.fr
www.antibio-responsable.fr
www.aucoeurducholesterol.fr
www.contreladouleur.fr
www.diabplus-equilibre.fr
www.diabeteanalytics.fr
www.diabete-emotions.fr
www.gaucherfrance.fr
prevenirlesadherences.com
www.retrouverlemouvement.fr
www.sanofi-arthrose.fr
www.sanofi-diabete.fr
www.sep-ensemble.fr
www.thromboseval.fr
nosmedicaments.sanofi.fr
www.labsante.sanofi.fr
www.lesvictoiresduprive.fr
www.sanofi.fr
www.sanofigenzyme.fr
Taille des textes

Diarrhées à Clostridium difficile : l’impact économique majeur des rechutes

La diarrhée à Clostridium difficile est la cause la plus fréquente de diarrhée infectieuse nosocomiale. Une équipe allemande a mené une étude afin de déterminer les coûts directs et indirects de la prise en charge d’un premier épisode et d’une récidive. Chaque malade a été comparé à un sujet témoin, apparié sur l’âge, le sexe et le code de la classification statistique internationale des maladies. Au total, 150 patients, 114 dans le groupe "infection incidente" et 36 dans le groupe "récidive", ainsi que 150 témoins ont été inclus.

Les coûts directs ont été respectivement de 18 463 €, 73 898 € et 14 531 € (p<0,001). Les malades ayant eu un premier épisode de diarrhée à Clostridium difficile ont donc entraîné un surcoût de 3 932 €, mais ce sont surtout ceux ayant rechuté, soit au cours de l’hospitalisation initiale, soit ultérieurement, qui ont majoré de façon importante les dépenses puisque le différentiel a été de 59 367 €. A cela, il faut ajouter des coûts indirects liés aux conséquences professionnelles, au handicap, au décès avant l’âge de la retraite, qui étaient de 2 122 € dans le groupe témoin, de 3 582 € en cas de premier épisode (p=0,025) et largement supérieurs (13 565 €, p<0,001) en cas de récidive.

Ce n’est pas tant l’élévation des dépenses en antibiotiques qui a grevé le budget, mais l’allongement du séjour hospitalier, notamment en unité de soins intensifs. Ainsi, la durée moyenne d’hospitalisation a augmenté de 7,8 jours dans le groupe "infection incidente" par rapport au groupe témoin, et de 69,6 jours dans le groupe "récidive". Plus précisément, les malades ayant rechuté ont passé en moyenne 28,5 jours de plus en hôpital général et 41,1 jours supplémentaires en USI, soit un coût supplémentaire directement lié à une prise en charge en soins intensifs de 42 319 € (p<0,001).

Si plusieurs études médico-économiques se sont déjà intéressées aux traitements antibiotiques et à la transplantation de microbiote fécal, peu de travaux ont pour l’instant concerné le rapport coût-efficacité de stratégies préventives qui seraient à même de diminuer les fréquence des rechutes.


Dr Patricia Thelliez

Heimannn SM et coll. Economic burden of Clostridium difficile associated diarrhoea: a cost-of-illness study from a german tertiary care hospital. Infection. 2015 Jun 30; (doi: 10.1007/s15010-015-0810-x).

© jim.fr