www.agir-thrombose.fr
www.ambulatoire-sanofi.fr
www.ams.sanofi.fr
www.antibio-responsable.fr
www.aucoeurducholesterol.fr
www.contreladouleur.fr
www.diabplus-equilibre.fr
www.diabeteanalytics.fr
www.diabete-emotions.fr
www.gaucherfrance.fr
prevenirlesadherences.com
www.retrouverlemouvement.fr
www.sanofi-arthrose.fr
www.sanofi-diabete.fr
www.sep-ensemble.fr
www.thromboseval.fr
nosmedicaments.sanofi.fr
www.labsante.sanofi.fr
www.lesvictoiresduprive.fr
www.sanofi.fr
www.sanofigenzyme.fr
Taille des textes

Déficit en vitamine D et infection à staphylocoque doré résistant à la méticilline

Au Veterans’ Affairs Medical Center d'Atlanta, 6 405 patients ayant eu un dosage de leur taux de vitamine D (25-OH-vitamine D) ont participé à une étude destinée à savoir si un déficit en 25-OH-D pouvait être significativement associé à une infection à staphylocoque doré résistant à la méticilline. Parmi ces malades, 401 (6,3 %) étaient infectés par un tel germe. Leur taux moyen de vitamine D était significativement inférieur (21,1 ng/ml) à celui des patients n’étant pas infectés (24 ng/ml, p<0,0001). Une analyse de régression multivariée a confirmé une association entre une infection à staphylocoque doré multirésistant et le sexe, l'éthnie, l’indice de masse corporelle, le statut VIH et, in fine, le taux de 25(OH)vitamine D avec, pour ce dernier item, un odds ratio de 1,94 (IC95% : 1,51-2,49).

Au delà de son rôle bien connu dans le métabolisme phospho-calcique, la vitamine D interfère dans de nombreux processus pathologiques, notamment infectieux. Et, à cet égard, des liens entres les polymorphismes de son récepteur et le portage nasal de staphylocoque doré ont été mis en évidence. La vitamine D contribue à l’intégrité de la barrière cellulaire en agissant sur des gènes qui codent pour des protéines nécessaires à la jonction entre les cellules épithéliales de la peau, du tractus gastro-intestinal, respiratoire et urinaire. Les micro-organismes sont donc confrontés à plusieurs peptides antimicrobiens, en particulier la cathélicidine, dépendante de la vitamine D et induite lors d’une exposition à S. aureus. Cette dernière a une activité bactéricide puissante qui est capable neutraliser des souches résistant à la méticilline ; elle se lie aussi aux polysaccharides empêchant leur activité endotoxinique, augmente la perméabilité vasculaire, stimule la cicatrisation et la prolifération cellulaire et agit comme un facteur chimiotactique vis-à-vis des neutrophiles, monocytes, lymphocytes T et mastocytes. La vitamine D accroît également les capacités cytotoxiques des monocytes tout en limitant la production de cytokines pro-inflammatoires.

A l’heure actuelle, on ne sait cependant pas si un déficit en vitamine D est un facteur favorisant le portage ou l’infection, ou bien s’il s’agit d’une réaction consécutive à l’infection. Les recherches futures nous diront peut-être si la correction du taux de vitamine D peut diminuer la fréquence des infections à staphylocoque résistant à la méticilline.


Dr Patricia Thelliez

Thomason J et coll. Association between vitamin D deficiency and methicillin-resistant Staphylococcus aureus infection. Infection. 2015 Jul 4; (doi: 10.1007/s15010-015-0815-5).

© jim.fr