www.agir-thrombose.fr
www.ambulatoire-sanofi.fr
www.ams.sanofi.fr
www.antibio-responsable.fr
www.aucoeurducholesterol.fr
www.contreladouleur.fr
www.diabplus-equilibre.fr
www.diabeteanalytics.fr
www.diabete-emotions.fr
www.gaucherfrance.fr
prevenirlesadherences.com
www.retrouverlemouvement.fr
www.sanofi-arthrose.fr
www.sanofi-diabete.fr
www.sep-ensemble.fr
www.thromboseval.fr
nosmedicaments.sanofi.fr
www.labsante.sanofi.fr
www.lesvictoiresduprive.fr
www.sanofi.fr
www.sanofigenzyme.fr
Taille des textes

Très peu de complications avec les cathéters centraux à insertion périphérique en hématologie

Les cathéters centraux mis en place chez les patients atteints de cancers peuvent être source de complications diverses, en particulier d’infections et de thromboses. Le recours à des dispositifs insérés par voie périphérique (cathéters centraux à insertion périphérique ou CCIP) est de plus en plus fréquent, en raison de leur facilité d’insertion et de retrait, de leur coût moindre et de la diminution du taux de complications.

Néanmoins, on ne dispose que de peu d’information sur l’utilité et la sécurité d’emploi des CCIP en hématologie. Une équipe romaine a donc effectué une étude rétrospective sur une large cohorte de patients ayant diverses hémopathies, à différents stades, et bien sûr différents traitements. Au total, 612 CCIP ont été posés chez 483 patients entre janvier 2009 et décembre 2012. Les dispositifs sont restés en place pendant une durée médiane de 101 jours. Dans 47 cas (7,7 %), une bactériémie est survenue attestant un taux très faible d’infections. Le taux de thromboses sur cathéter était, de 2,6 % (16 cas), mais non préoccupant. Aucune complication grave liée à ces événements n’a non plus été observée.

Parmi les facteurs pouvant favoriser ces complications, seule la leucémie aiguë était significativement associée à un risque accru d’infections et aucun élément prédictif de thrombose n’a été mis en évidence. De plus, la moitié des bactériémies sont survenues au cours du premier mois suivant l’insertion et la grande majorité des épisodes thrombotiques se sont produits au cours des premières semaines, aucun cas n’ayant été documenté après le 100e jour. Ces données sont donc plutôt en faveur de l’influence prépondérante de facteurs locaux dans la survenue de thromboses sur CCIP, sachant que la thrombocytémie ne semble pas constituer un facteur de protection, puisque 6 cas de thromboses ont été constatés chez des malades thrombocytopéniques.

La CCIP apparaît donc être un dispositif sûr chez les malades traités pour une affection hématologique maligne. Les auteurs soulignent cependant que les bons résultats de cette étude sont aussi à mettre sur le compte d’une prise en charge des CCIP, depuis l’insertion jusqu’au retrait, par une équipe dédiée de médecins et d’infirmiers.


Dr Patricia Thelliez

Morano SG et coll. : Catheter-associated bloodstream infections and thrombotic risk in hematologic patients with peripherally inserted central catheters (PICC). Support Care Cancer. 2015; (doi: 10.1007/s00520-015-2740-7).

© jim.fr