www.agir-thrombose.fr
www.ambulatoire-sanofi.fr
www.ams.sanofi.fr
www.antibio-responsable.fr
www.aucoeurducholesterol.fr
www.contreladouleur.fr
www.diabplus-equilibre.fr
www.diabeteanalytics.fr
www.diabete-emotions.fr
www.gaucherfrance.fr
prevenirlesadherences.com
www.retrouverlemouvement.fr
www.sanofi-arthrose.fr
www.sanofi-diabete.fr
www.sep-ensemble.fr
www.thromboseval.fr
nosmedicaments.sanofi.fr
www.labsante.sanofi.fr
www.lesvictoiresduprive.fr
www.sanofi.fr
www.sanofigenzyme.fr
Taille des textes

Bactériémies à Staphylocoque aureus résistant à la méticilline (SARM) : évolution de la mortalité

Le staphylocoque aureus (S. aureus) est la principale cause de bactériémie. L'incidence annuelle de bactériémie à S. aureus (BSA) aux États-Unis est de 4 à 38/100 000/an, avec une mortalité toutes causes confondues de 20% à 30 jours. Ces dernières décennies, l'épidémiologie des BSA a beaucoup évolué :

  • Au Danemark, l'incidence des BSA a augmenté entre 1957 et 1990, mais depuis 1990, l'incidence des BSA est relativement stable.
  • Aux Etats-Unis, dans les années 2000, l'incidence de SARM a augmenté de façon spectaculaire, alors que ces dernières années, on constate une diminution de l'incidence des SARM dans les hôpitaux.

L'incidence des BSA est plus élevée :

  • chez les patients âgés > 70 ans),
  • chez les hommes (rapport hommes-femmes de 1,5) et
  • Chez les patients en hémodialyse

Les principales causes d'infections sont : cathéters vasculaires, peau et tissus mous, pleuropulmonaires, ostéo-articulaires et endocardite.
La mortalité du BSA aurait atteint un plateau au cours des dernières décennies.

Une diminution de la mortalité a été rapportée, le plus souvent dans des pays où les taux de résistance à la méticilline étaient faibles.

L'objectif de l'étude est de décrire l’évolution au cours du temps des bactériémies à S. aureus dans centre hospitaliers non universitaire* caractérisé par des taux élevés de résistance à la méticilline sur une cohorte de patients hospitalisés entre 1988 et 2010.
Les auteurs ont prévu d'examiner les impacts de l'amélioration des soins médicaux, du vieillissement de la population, du nombre croissant de procédures invasives, de l'accumulation de comorbidités, de l'augmentation des infections liées aux soins.

METHODES :

Analyse rétrospective sur 1 692 patients, en comparant trois périodes :

  • 1988 - 1994 : n=342
  • 1998 - 2004 : n=597
  • 2005 - 2010 : n=753

Les données de patients adultes consécutifs ayant un diagnostic de BAS ont été recueillies :

  • rétrospectivement pour la période 1999 - 2010.
  • prospectivement pour la période 1988 – 1994.
RESULTATS :

Au sein de cette cohorte, la mortalité à 30 jours a augmenté significativement pour atteindre 42,9 % au cours de la période 2005-2010 :

  • Au cours de la première période, 122 (35,7%),
  • Au cours de la deuxième période 229 (38,4%),
  • Au cours de la troisième période 523 (42,9%), P = 0,016

Les patients inclus dans cette dernière tranche se caractérisaient par :
(1) un âge plus avancé (35,1 % avaient plus de 80 ans) ;
(2) une capacité fonctionnelle plus réduite (46,5 % étaient grabataires) ;
(3) des comorbidités plus fréquentes (maladie rénale : 33,6 %, insuffisance cardiaque : 24,8 %, démences : 19 %).

Ils étaient plus souvent sous ventilation assistée (18,7 %) ou porteurs d’une sonde urinaire lors de l’admission (46,6 %).
Le choc septique n’était pas rare (15,9 %), l’infection initiale étant une pneumonie (20,5 %) ou une endocardite (7,2 %).
Des caractéristiques similaires ont été observées chez les patients de moins de 50 ans ou encore chez ceux n’ayant pas de handicap fonctionnel.
Au cours de la période 2005-2010, aucune augmentation significative des taux de résistance de SARM n’a été constatée de même que pour la fréquence des traitements empiriques inappropriés.
La limite de cette étude est son caractère rétrospectif et monocentrique)

CONCLUSIONS :

Au sein de cette cohorte, les patients atteints de SAB durant la période 2005 - 2010 étaient plus âgés et avaient des taux plus élevés de pneumonie et de choc septique et présentaient une augmentation de la mortalité à 30 jours. Cette mortalité peut s’expliquer par l’état clinique initial des patients infectés. Elle n’apparaît imputable ni à l’augmentation des taux de résistance à la méticilline, ni à un recours abusif à des traitements empiriques inappropriés.
Le profil des patients concernés s’est modifié au fil du temps : les données épidémiologiques et l’évolution ont fait de même, variant aussi selon le lieu géographique.
La validité externe des études devrait, à ce titre, être prise en compte dans l’interprétation des résultats.

* Rabin Medical Center, Beilinson Hospital, Petah‑Tikva, Israël



Dr Philippe Tellier

Yahav D et coll. Time trends in Staphylococcus aureus bacteremia, 1988-2010, in a tertiary center with high methicillin resistance rates. Infection 2016 (13 juillet). Publication avancée en ligne.

© jim.fr