www.agir-thrombose.fr
www.ambulatoire-sanofi.fr
www.ams.sanofi.fr
www.antibio-responsable.fr
www.aucoeurducholesterol.fr
www.contreladouleur.fr
www.diabplus-equilibre.fr
www.diabeteanalytics.fr
www.diabete-emotions.fr
www.gaucherfrance.fr
prevenirlesadherences.com
www.retrouverlemouvement.fr
www.sanofi-arthrose.fr
www.sanofi-diabete.fr
www.sep-ensemble.fr
www.thromboseval.fr
nosmedicaments.sanofi.fr
www.labsante.sanofi.fr
www.lesvictoiresduprive.fr
www.sanofi.fr
www.sanofigenzyme.fr
Taille des textes

Quels seront les antibactériens du futur ?

Un groupe de 24 scientifiques travaillant dans la recherche académique ou industrielle a été missionné par le "Department of Health" britannique pour réaliser une revue des traitements alternatifs des pathologies infectieuses, autrement dit de toutes les stratégies thérapeutiques actuellement à l’étude, différentes des antibiotiques classiques. Il est en effet clair que l’augmentation des résistances microbiennes et le ralentissement du développement de nouvelles molécules dans ce domaine nécessitent d’envisager d’autres approches.
Au terme de leur enquête, ces spécialistes ont identifié 19 pistes thérapeutiques parmi lesquelles les plus avancées sont les anticorps, les probiotiques et les vaccins. Des produits qui devraient être utilisés plutôt comme des adjuvants ou de façon préventive et donc ne pas remplacer les antibiotiques, mais plutôt optimiser leur effet.

Des anticorps aux bactériophages

Dans le "top ten" de ces molécules, figurent tout d’abord des anticorps capables d’inactiver des organismes pathogènes ou leurs facteurs de virulence ou bien encore leurs toxines. Les probiotiques ont eux comme mission d’améliorer la réponse de l’hôte, notamment dans les diarrhées à Clostridium difficile ou aux antibiotiques. Les lysines sont des enzymes utilisées par les bactériophages pour détruire les parois cellulaires de certaines bactéries et qui peuvent donc constituer une arme antibactérienne. Les bactériophages naturels, c’est-à-dire "sauvages", ont le potentiel de remplacer les antibiotiques puisqu’ils peuvent infecter et tuer les bactéries. Leurs homologues synthétiques ont également leur place.

Dans la mesure où l’efficacité des traitements antibiotiques dépend aussi de la réponse immune, la stimulation immunitaire représente aussi une option, surtout en adjuvant d’un traitement antibiotique.

Les vaccins dirigés contre de nouvelles cibles peuvent aussi diminuer la nécessité de recours aux antibiotiques.

Des approches originales

Parmi les autres approches, il faut citer les peptides antimicrobiens, qui ont l’avantage d’avoir un large spectre et peu de résistances et d’immunogénicité. Néanmoins, des résultats négatifs ont freiné beaucoup de projets les concernant. De peptides de défense de l’hôte seraient également des atouts potentiels, ainsi que certains peptides qui inhibent la formation de biofilms bactériens.
Neuf autres stratégies moins bien documentées ont aussi fait l’objet d’études, comme l’immunosuppression sélective, dans la mesure où la réponse immunitaire à une infection est parfois plus délétère que l’infection elle-même. Des acides nucléiques s’attaquant aux résistances bactériennes constituent une autre option, tout comme des acides nucléiques pouvant directement détruire des bactéries. La séquestration de toxines à l’aide de liposomes, des enzymes capables de réduire les résistances, la chélation de certains métaux nécessaires à l’action des bactéries, les alphamères qui modifient l’immunité, la déplétion en anticorps protecteurs des bactéries et la stimulation immunitaire par le peptide P4 complètent la panoplie stratégique antimicrobienne potentielle.

Néanmoins, comme le soulignent les auteurs, pour tous ces développements encore faut-il se donner les moyens non seulement stratégiques, mais aussi financiers. Alors que 1 milliard et demi de livres apparaissent nécessaires pour faire avancer ces recherches, ils rappellent le coût du grand colliseur de hadrons, 6 milliards de livres, et celui de la station spatiale internationale s’élevant à 96 milliards de livres...


Dr Patricia Thelliez



Czaplewski L et coll. Alternatives to antibiotics-a pipeline portfolio review. Lancet Infect Dis 2016 ;16 :239-51. Published online january 12, 2016
http://dx.doi.org/10.1016/S1473-3099(15)00466-1

© jim.fr